• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Decouz

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 152 0
1 mois 0 20 0
5 jours 0 3 0

Derniers commentaires


  • Decouz 20 juillet 12:54

    La situation est grave, obligation d’avoir un médecin référent pour avoir des remboursements normaux, et impossibilité de fait de trouver ce référent dans certaines localités.
    Tout le monde paye les impôts qui sont consacrés au système de santé, mais tout le monde n’en profite pas de la même manière puisque certaines localités sont incapables de répondre aux besoins de la population.


  • Decouz 19 juillet 13:44

    Beaucoup de métaphores employées par les journalistes relèvent aussi du domaine sportif, ce qui traduit sans doute l’esprit darwinien (mais Darwin était sans doute plus c omplexe) et compétiteur du temps, allez, « en temps réel », « la dernière ligne droite », « voilà » « tout à fait » et je suis d’ailleurs en direct devant la grille du ministère en charge des expressions et du vocabulaire, ce qui fait que je tiens les informations les plus récentes.
    Il sort régulièrement des livres qui recensent ces lieux communs, pas toujours facile d’y échapper.
    A lire Rémy de Gourmont, j’ai découvert récemment ses talents de critique, il s’en prend entre autres au vocabulaire et aux poncifs dans les expressions littéraires (les mauvaises).
    Une remarque curieuse qu’il exprime : les écrivains « auditifs » seraient plus sujets aux banalités et aux répétitions médiocres, que les écrivains « visuels », je ne sais pas si c’est vérifié ou vérifiable, peut-être que le l’écrivain « visuel » doit faire un effort de traduction pour écrire les scènes qu’il imagine visuellement, tout ceci se discute, il n’en est pas moins vrai que du point de vue de la mémoire, et sans doute aussi du point de vue de l’imagination tel ou tel sens prédomine selon les individus.


  • Decouz 17 juillet 10:27

    "- Vichy a donc été complice de la rafle, et non son initiateur. Mais cette complicité a paradoxalement limité les dégâts en limitant le nombre d’arrestations. Bien sûr, cette conséquence n’avait pas été volontaire et Vichy n’avait sans doute pas plus réfléchi à cela que les nazis eux-mêmes. Son but était, d’abord et avant tout, de protéger les Juifs français, y compris ceux de zone occupée. Comme l’écrivait déjà le grand historien américain Raoul Hilberg dans son ouvrage central sur la Shoah : « Quand la pression allemande s’intensifia en 1942, le gouvernement de Vichy se retrancha derrière une seconde ligne de défense. Les Juifs étrangers et les immigrants furent abandonnés à leur sort, et l’on s’efforça de protéger les Juifs nationaux. Dans une certaine mesure, cette stratégie réussit. En renonçant à épargner une fraction, on sauva une grande partie de la totalité ». (La destruction des Juifs d’Europe, Gallimard, Folio histoire 2006, p. 1122-1123)."

    Finalement, le seul mystère qui reste non résolu est celui d’expliquer pourquoi, de Serge Klarsfeld à Henry Rousso, l’historiographie française s’entête dans un récit extrême noircissant Vichy en contradiction avec les faits historiques ?

    https://www.herodote.net/Le_role_de_Vichy_dans_la_rafle_du_Vel_d_Hiv-article-1356.php


  • Decouz 7 juillet 18:56

    Comme je vous l’ai écrit sur un autre article, c’est tout à fait vrai pour les chrétiens de Palestine, l’affaire de la vallée de Crémisan, Bethleem encerclée par les colonies, le refus des chrétiens de Palestine de céder à la politique de Netanyahou qui voulait les isoler des autres Palestiens en les incorporant à l’armée, le patriarche a répondu que ce n’était pas le devoir d’un chrétien d’être dans la situation de devoir tirer contre ses frères.

    Israël érige son mur de séparation dans un secteur chrétien
    Le projet avait donné lieu à une vive résistance de la communauté chrétienne palestinienne locale qui déplore une « confiscation de ses terres ».

    http://www.lepoint.fr/monde/israel-erige-son-mur-de-separation-dans-un-secteur-chretien-07-04-2016-2030748_24.php

    Oui même combat.


  • Decouz 7 juillet 14:13

    @Massada

    J’en profite pour te répondre sur un autre point : tu as dit ailleurs que les juifs n’avaient pas volé mais acheté donum par donum leur terre. Je ne réponds que sur ce point des achats et non sur les expropriations de force pendant et après la guerre et sur l"interdiction qui a été faite aux paysans de retourner sur leurs propriétés, leurs villages ayant d’ailleurs été rasés et pillés.

    Achetés, oui, mais à qui et dans quelles conditions ?
    D’abord le financement : disons pour simplifier le Fonds National Juif.
    A qui ? C’est là que ça se complique. Les Ottomans avaient fait un certain temps auparavant un recensement en demandant aux propriétaires de se signaler pour faire une sorte de cadastre, il n’y en avait pas car du fait du droit islamique (ou simplement selon les coutumes régionales ) la propriété individuelle n’existait pas, ou restreinte ; existaient d’autres formes, collectives, en plus il y avait le nomadisme et les droits de passage.
    Mais les Palestiniens ayant peur d’être soumis à la conscription et aux impôts ne se sont pas déclarés, d’autres en ont profité à leur place, des riches de Damas et du Liban, qui n’avaient pas de contact réel avec le pays, mais plus malins ils en ont profité pour revendiquer la propriété et ce sont ensuite eux qui ont vendu au Fonds National Juif les terres sur lesquelles vivaient et travaillaient les paysans palestiniens.
    Dans les conditions il y avait aussi ceci : une terre achetée pour les Juifs ne devait plus jamais être revendue à un Palestinien.






Palmarès